La sûreté – IIIème trimestre – année 2018-2019

, par A. Henry

La sûreté – IIIème trimestre – année 2018-2019

1. L’ARMÉE DE L’AIR- Eloïse – 4ème8

I - Les admissions dans l’armée de l’air
Pour pouvoir suivre une formation militaire technicien de l’armée de l’air, il faut avoir les conditions physiques. Ils sont formés jusqu’au bac, à l’école de l’EETAA (Ecole d’enseignement technique de l’armée de l’air) ou dans la 1ère année de formation CAP Aéronautique pour les candidats de 16 à 18 ans. La sélection se fait sur dossier. Pour accéder à la 2ème année il faut réussir une épreuve.
Après le bac, les formations de sous-officiers sont possibles, ils sont sélectionnés sur test et entretien. Ces formations sont possibles seulement pour les candidats de moins de 30 ans.
Une formation de pilote de l’air est possible pour les candidats de moins de 25 ans, la sélection se fait sur épreuve.
Pour toutes ces formations il faut avoir effectué la journée Défense et Citoyenneté ainsi qu’avoir les conditions physiques et rentrer dans les codes de santé. Pour les personnes ayant obtenu bac +2 ou plus, l’armée de l’air forme des officiers de carrière comme les officiers de l’air, les mécaniciens... toutes les sélections se font sur concours.

II – Les écoles de L’armée de l’air

Avant le bac les élèves peuvent déjà intégrer l’école de l’EETAA pour être formé et intégrer, après le bac une formation de sous-officiers. Les sous-officiers sont formés dans l’école de l’Efsoaa (Ecole de formation des sous-officiers de l’armée de l’air) à Rochefort. La formation dure 16 semaines et est suivi par une formation en école professionnelle liée à une spécialité comme la mécanique, la logistique et le transport ou encore l’informatique.
On peut également intégrer l’école de l’EA (Ecole de l’Air) qui forme les officiers pendant 1 à 3 ans, selon les diplômes. La formation allie les composants militaires (techniques de combat, de survie, ...) et académique (cours en fonction du niveau scolaire). L’EA forme aussi les pilotes de l’air. Ils suivent une formation de 2 à 4 ans selon le type de pilotes qu’ils souhaitent exercer (hélicoptère, transport, pilote de chasse).
Les formations sont gratuites et les élèves reçoivent un salaire.

2. L’ARMÉE DE TERRE - Tristan – 4ème8

Comment se passe l’admission dans l’armée de terre ?

L’armée de terre recrute des candidats après la classe de la troisième jusqu’au bac+5.
Selon leurs niveaux d’étude ils passent des tests ou des concours pour intégrer des formations de militaire du rang sous officier ou officier avec une formation technique au choix. Par exemple il y a artillerie, infanterie, génie et autres.
Ils sont recrutés entre l’âge de 17 ans et 32 ans, ensuite ils étudient le contrat, d’abord le candidat doit choisir entre deux types de contrat, soit un contrat d’un an en tant que volontaire de l’armée de terre soit les contrats et les formations VDAT qui sont accessibles entre 18 ans et moins de 26 ans.
Les épreuves de l’admission sont des tests : visites médicales, tests psychotechniques, épreuves sportives, évaluation du comportement et entretien.

3. LA MARINE NATIONALE - Marie – 4ème8

1) Les admissions dans la Marine Nationale

Accès sans diplôme :
Pour les candidats âgés de plus de 16 ans et de moins de 18 ans, de niveau 3e ou 2de, une formation de mousses est possible. La sélection se fait sur des tests. Il faut être physiquement et médicalement apte (qui a les qualités nécessaire) et savoir nager. La formation de matelot de flotte et de quartier-maître, pour les candidats âgés de plus de 17 ans et de moins de 30 ans, de niveau 3e à bac est faisable. La sélection se fait aussi sur des tests. Il faut être également physiquement et médicalement apte et savoir nager. Pour les candidats de plus de 17 ans et moins de 26 ans, de niveau 3e à bac+2, la formation de volontaire équipage est réalisable.

Accès post-bac :
Seulement pour les candidats bacheliers de 17 ans à moins de 26 ans, la formation de pilote aéronavale (un officier sous contrat) est abordable. La sélection se fait sur différentes épreuves. Il faut être bon en anglais ainsi qu’en mathématiques pour être accepté. Une formation d’officier marinier (au grade de sous-officier), pour les candidats âgés de plus de 18 ans à moins de 30 ans, de bac à bac + 3 est praticable. Là aussi la sélection se fait sur des épreuves. Il faut avoir participé à la journée Défense et Citoyenneté, être physiquement et médicalement apte et savoir nager.

Accès à bac + 2 et plus :
Pour les volontaires officiers, une formation est faisable pour les candidats de plus de 17 ans jusqu’à moins de 26 ans, d’un niveau de bac+2 à bac+5. Il faut avoir effectué la journée Défense et Citoyenneté, être physiquement et médicalement apte et savoir nager. La formation d’officier et d’officier pilote de l’aéronavale est possible, les candidats sont sélectionnés sur concours issus de classes préparatoires scientifiques MP, PC ou PSI : épreuves du concours centrale supélec et épreuves sportives communes aux écoles militaires (courses, natation, grimper de corde). Il y a également un concours dédié aux candidats titulaires d’un bac + 4 et un concours sur titre pour les titulaires d’un bac + 5. À bac + 3, il y a la formation d’officier sous contrat opérations navales et d’officier sous contrat état-major. La sélection est aussi faite sur concours.

2) Les écoles de la Marine nationale

Les non diplômés participent à une formation militaire et maritime. C’est l’Ecole des mousses de la marine nationale qui offre ceci. Pendant 10 mois, les jeunes mousses découvrent et apprennent le métier de marin militaire. Les quartiers-maîtres ainsi que les matelots de flotte sont formés par l’Ecole des matelots de la marine nationale. Après une formation initiale de 6 semaines aux fondamentaux militaires et maritimes, une initiation de 3 semaines aux spécificités du métier choisi conclut la formation. Les officiers mariniers qui eux ont un statut de sous -officiers sont formés par l’Ecole de maistrance de Brest et de Saint-Mandrier. Les élèves reçoivent une formation de 17 semaines, militaire, maritime (comprenant des embarquements sur des bâtiments de la Marine) et sportive (particulièrement physique pour les futurs marins-pompiers), ainsi qu’un enseignement en sciences humaines et en management, ou en sciences (pour les futurs spécialistes en énergie nucléaire). Les élèves intègrent ensuite une école de spécialité pour une formation de 5 à 12 mois, sanctionnée par le brevet d’aptitude technique (BAT), selon le métier choisi (opération navale, mécanique, administration...). Les officiers sont formés au sein de l’École navale (EN) de Brest. La formation n’exige de frais d’inscription. Les élèves sont fonctionnaires et stagiaires et perçoivent un salaire.

4. LES MÉTIERS DE LA POLICE - Benjamin – 4ème8

5. GARDIEN/NE DE POLICE MUNICIPALE - Ambrine – 4ème8

En quoi consiste ce métier ?

Sous l’autorité du maire, le gardien de police municipale assure le maintien de l’ordre public et veille à la protection des biens et des personnes. Il est souvent sur le terrain, il surveille les sorties des écoles, procède aux contrôles de vitesse, au dépistage de l’alcoolémie… Il effectue également des rondes de surveillance dans les quartiers afin d’y maintenir la sécurité. Il n’a pas le droit d’engager des poursuites judiciaires. S’il interpelle un voleur de voiture, il doit faire appel à la police nationale, qui, elle, décidera des suites à donner à l’affaire.

Cet emploi fait partie du secteur « fonction publique » et « sécurité »

Les formations et les diplômes

Pour pouvoir devenir gardien de police il faut avoir son DNB (diplôme national du brevet) et un CAP (2 ans). Il faut réussir le concours de la fonction publique territoriale. Une fois le poste trouvé, une formation de 6 mois au Centre national de la fonction publique territoriale est prévue. Pour accéder à un poste d’encadrement, gérer une équipe de gardien de police, il faut 3 ans de préparation pour le bac pro métiers de la sécurité.

Le salaire brut d’un débutant est de 1521 euros.

6. GARDIEN/NE DE LA PAIX - Amandine – 4ème8

En quoi consiste ce métier ?
Le gardien de la paix est chargé de faire respecter l’ordre public, d’assurer la protection des biens et des personnes, de lutter contre la délinquance mais aussi d’aider les victimes. Il porte sur lui une arme pour pouvoir se défendre.
Les gardiens de la paix exercent également les métiers de compagnies républicaines de sécurité, on les appelle les CRS, de la police de l’air et des frontières ainsi que les métiers du renseignement.
Attention, « gardien de la paix » n’est pas un métier mais plutôt le premier grade dans l’encadrement et l’application de la police nationale : c’est le maintien de l’ordre public, sous l’autorité de lieutenants et de commissaires de police.
La plupart des policiers que l’on peut croiser dans la rue sont des gardiens de la paix. En patrouille dans un secteur donné, ils veillent au respect des lois et des règles de sécurité avec un rôle préventif et dissuasif.

Les formations et les diplômes
Après la 3e
Il faut avoir le bac et 17 ans minimum. Le recrutement se fait sur concours. Inutile de préciser qu’il faut un casier judiciaire vierge. Avant d’exercer ce métier le médecin déclare si oui ou non la personne est apte pour exercer un service actif, jour et nuit.

Les candidats doivent également passer des tests psychotechniques qui jugent l’aptitude et la motivation afin d’être gardien de la paix. Il y a aussi des épreuves d’exercices physiques. Une bonne santé physique et mentale, du sens moral et des aptitudes au contact sont indispensables.

Ceux qui ont réussi le concours de gardien de la paix suivent 12 mois de formation dans une ENP (école nationale de police).

Les salaires
Pour un élève gardien de la paix, le salaire est de 1363 euros, le stagiaire 1889 euros puis, le gardien de la paix reçoit entre 1940 et 2577 euros net par mois.
Il y a trois grades au dessus de lui : le brigadier (2215 à 2700 euros), le brigadier-chef (2572 à 2863 euros) et enfin le major (2748 à 3078 euros).
Pour reconnaître les différents grades les uniformes sont composés d’un symbole pour chaque grade.

7. OFFICIER/ÈRE DE POLICE - Zejnulla – 4ème8

8. COMMISSAIRE DE POLICE - Doriane – 4ème8

Meneur d’hommes et de femmes, le commissaire de police dirige un commissariat ou un service spécialisé : brigade des affaires criminelles, des stupéfiants, des mineurs, renseignements généraux, etc. Il gère son commissariat ou son service, pilote les opérations, coordonne et suit l’action des officiers de police chargés des enquêtes, et veille à atteindre les objectifs définis par le ministre de l’Intérieur. Ce cadre de la police doit être mobile car il ne reste en général pas plus de 4 ans dans le même poste, ce qui lui permet de prendre de plus en plus de responsabilités avant de pouvoir se présenter au grade de commissaire divisionnaire. Une trentaine de postes sont ouverts chaque année par voie de concours externe.

Les formations et diplômes requis sont 5 ans après le bac pour préparer un master (en droit de préférence). Puis concours, accessible aux candidats âgés de 35 ans. Pour augmenter ses chances, il est possible de suivre, après un master, une préparation à l’ENSP (École nationale supérieure de police) ou dans une dizaine d’IEJ (instituts d’études judiciaires). Enfin, 2 ans de formation (rémunérée), ou un bac +7 formation commissaire de police.

Les deux secteurs professionnels sont :

• La fonction publique.

Premier employeur de France avec plus de 5 millions d’agents, la fonction publique doit faire face à des départs à la retraite. Et même si tous les postes ne sont pas remplacés, elle reste le plus gros pourvoyeur d’emplois. Les recrutements se font à tous les niveaux de qualification et sur un éventail de métiers beaucoup plus important qu’on ne l’imagine.

• La sécurité.

Très sollicitées, les forces de l’ordre recrutent et forment de nombreux jeunes prêts à s’engager au service de la population. Dans la sécurité privée, l’exigence de qualification professionnelle s’affirme parallèlement à l’élargissement des champs d’intervention.

9. TECHNICIEN/NE DE POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE - Elise – 4ème8

• Qu’est- ce qu’un technicien ou une technicienne de police technique et scientifique ?

Le technicien de police technique et scientifique apporte une aide précieuse aux enquêteurs et cherche à identifier les auteurs d’infractions. Il contribue à la lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, mais aussi contre la moyenne et la petite délinquance. Le technicien de police technique et scientifique recherche aussi les empreintes génétiques, fait des études de faux documents, des examens de peintures, d’explosifs, d’armes …
Le salaire débutant pour un technicien de police technique et scientifique est de 2465€ brut.

• En quoi consiste ce métier ?

Le technicien de police technique et scientifique peut exercer des activités très variées mais il doit être minutieux et curieux.
Il assiste dans les laboratoires les ingénieurs dans les analyses et examens scientifiques qu’il réalise au sein de son unité. Il assure, selon son grade l’encadrement d’autres techniciens ainsi que d’autres agents spécialisés de la police technique et scientifique. Mais, il peut aussi participer à la conception ainsi qu’à la validation de méthodes d’analyses biologiques et du matériel scientifique.
Dans les services d’identité judiciaire, il contribue à la recherche et à l’exploitation des traces et indices nécessaires à l’identification des auteurs d’infractions à la loi pénale, participe aux constations techniques et aux concours aux missions de soutien liées aux activités opérationnelles.
Dans les services régionaux de l’informatique et des traces technologiques, le technicien de police technique et scientifique effectue des travaux techniques, notamment dans les domaines de l’informatique et de la téléphonie mobile.
Par son action, il contribue à la lutte contre les crimes organisés et contre le terrorisme mais aussi, à la lutte contre la moyenne et la petite délinquance au quotidien.

• Les formations et les diplômes

Après le bac, il doit être titulaire d’un bac+2, réussir le concours de technicien de police technique et scientifique puis, il doit suivre une formation rémunérée dans une structure de la police nationale.

• Où l’exercer ?

On peut exercer ce métier dans cinq laboratoires de police scientifique :
-  A Lille,
-  A Lyon,
-  A Marseille,
-  A Paris et
-  A Toulouse.

• Définitions :

Grade : degré d’une hiérarchie.

Rémunérer : payer (un service, un travail).

10. SAPEUR-POMPIER - Thomas – 4ème8

Incendie, accidents de la route, inondations... le sapeur-pompier est sur tous les fronts. Volontaire, professionnel ou militaire, il exerce un métier à risques, qui demande une solide vocation.

Vidéo :
Dans la vidéo on entend le responsable des sapeurs-pompiers expliquer que c’est un métier dans lequel il y a toujours des missions différentes, se passant aussi bien sur terre que sous l’eau. On le voit intervenir sous l’eau en cas d’inondation. Ils doivent porter secours aux personnes disparues ou bien intervenir lors de la chute d’un bâtiment, lors d’un incendie…

En quoi consiste ce métier ?

De la prise en charge des accidentés de la route à la lutte contre les incendies, en passant par les interventions auprès de particuliers, à domicile ou sur l’espace public, le sapeur-pompier est sur de nombreux fronts. Son champ d’action ne cesse d’ailleurs de s’étendre : il n’est pas rare de voir un pompier lutter contre une pollution d’origine chimique. Évacuer les personnes en danger, installer un périmètre de sécurité autour d’un accident, administrer les premiers soins aux blessés : pas de routine puisque chaque intervention est différente. Et le rythme est trépidant, en particulier dans les grandes villes où l’on enregistre parfois des appels très rapprochés.
Plus qu’un métier, il faut parler de vocation, qui exige don de soi, altruisme, sens du devoir et des responsabilités. La plupart des sapeurs-pompiers sont fonctionnaires territoriaux. Les marins-pompiers de Marseille sont des militaires de la Marine nationale et les sapeurs-pompiers de Paris des militaires de l’armée de terre.

Les formations et les diplômes

Après la 3e
Sapeur-pompier professionnel non officier : concours externe pour les titulaires du DNB ou d’un CAP. Les sapeurs-pompiers volontaires ou jeunes sapeurs-pompiers justifiant de 3 ans d’activité professionnelle sont recrutés sur concours externe sans condition de diplôme.
Sapeur-pompier professionnel officier : de bac + 2 (pour le concours externe de lieutenant) à bac + 3 (pour le concours externe de capitaine).
À l’issue des concours, formation à l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers.
Marins-pompiers de Marseille, sapeurs- pompiers de Paris et sapeurs-sauveteurs d’une unité d’instruction et d’intervention de la sécurité civile : recrutement sans diplôme ou jusqu’à bac + 5

Le salaire d’un débutant est de 1521€ brut

Emploi : secteurs

Fonction publique
Premier employeur de France avec plus de 5 millions d’agents, la fonction publique doit faire face à des départs à la retraite. Et même si tous les postes ne sont pas remplacés, elle reste le plus gros pourvoyeur d’emplois. Les recrutements se font à tous les niveaux de qualification et sur un éventail de métiers beaucoup plus important qu’on ne l’imagine.

Sécurité
Très sollicitées, les forces de l’ordre recrutent et forment de nombreux jeunes prêts à s’engager au service de la population. Dans la sécurité privée, l’exigence de qualification professionnelle s’affirme parallèlement à l’élargissement des champs d’intervention.

11. GENDARME - Justine – 4ème8

12. OFFICIER/ÈRE DE GENDARMERIE - Josué – 4ème8

L’officier de gendarmerie est un expert en police judiciaire, en sécurité routière, en sécurité publique, en maintien de l’ordre, en renseignement...

En quoi consiste ce métier ?

Toujours en uniforme, le gendarme assure la protection des biens et des personnes, dans les campagnes comme en ville, de jour comme de nuit. Vol, bagarre, suicide, meurtre, disparition : l’officier de police judiciaire a le même pouvoir d’enquête que le commissaire de police.
Il a aussi pour mission de surveiller le territoire et le réseau de communication : sécurité routière, police sanitaire mais aussi sécurité des frontières. Le chasseur alpin patrouille ainsi aux abords de l’Italie et de la Suisse.
Le gendarme se voit aussi confier des missions de défense militaire à l’étranger. Il peut également se spécialiser : garde républicain, motard, maître chien...

Ce qui est indispensable : un bon équilibre, une constitution robuste et le sens du contact. Efficacité, dynamisme, sens des responsabilités et du devoir permettent de faire face à toute situation.

Les formations et les diplômes

Après le bac
Il faut être titulaire d’un bac + 3 au minimum et réussir un concours, puis suivre une formation de 2 ans.
bac + 5 : Préparation au concours d’officier de la gendarmerie nationale
bac + 6 : Formation d’officier de la gendarmerie nationale

Le salaire d’un débutant est de 1648€ brut

13. MAÎTRE-CHIEN - David – 4ème8

Le maître-chien et son berger allemand ou son golden retriever... forment un tandem très efficace pour détecter des explosifs ou de la drogue, intercepter des individus dangereux, retrouver des personnes disparues ou ensevelies sous une avalanche...

En quoi consiste ce métier ?

C’est une équipe formée d’un homme et de son chien est d’abord constituée pour assurer la sécurité civile ou militaire.
Qu’il soit gendarme, militaire, douanier ou gardien de la paix, le conducteur de chien incite son animal préalablement dressé à retrouver de la drogue ou des explosifs, en particulier dans les gares, les aéroports et aux postes frontières. L’équipe cynophile peut aussi être amenée à retrouver des personnes égarées ou des victimes d’avalanches : environ 2 500 opérations de secours sont effectuées chaque année en haute montagne.
Employé comme agent de sécurité, le maître-chien assure la surveillance des entreprises, des magasins, des banques, des locaux industriels, notamment la nuit. L’animal joue ici un rôle dissuasif pour les voleurs ou criminels potentiels. Le maître et son compagnon forment un tandem soudé : amitié, dévouement, complicité mais aussi rigueur sont au cœur de ce métier passion.

Les formations et les diplômes

Après la 3e
Dans le privé, un CQP (certificat de qualification professionnelle) est obligatoire. Conditions : être âgé d’au moins 18 ans et posséder un chien. L’armée, la Gendarmerie nationale, la Police nationale, les services d’incendie et de secours recrutent et forment leurs maîtres-chiens parmi leurs agents.

Le salaire d’un débutant est de 1521€ brut

Emploi : secteurs

Fonction publique
Premier employeur de France avec plus de 5 millions d’agents, la fonction publique doit faire face à des départs à la retraite. Et même si tous les postes ne sont pas remplacés, elle reste le plus gros pourvoyeur d’emplois. Les recrutements se font à tous les niveaux de qualification et sur un éventail de métiers beaucoup plus important qu’on ne l’imagine.

Sécurité
Très sollicitées, les forces de l’ordre recrutent et forment de nombreux jeunes prêts à s’engager au service de la population. Dans la sécurité privée, l’exigence de qualification professionnelle s’affirme parallèlement à l’élargissement des champs d’intervention.

14. GARDE À CHEVAL - Antoine – 4ème8

Garde à cheval recouvre une dizaine de métiers. En ville comme en milieu rural, leur objectif est le même faire maintenir l’ordre et la loi.

Niveau minimum d’accès : CAP.
• Statuts : Statut fonctionnaire, Militaire
• Métiers Associés :
Agent/e équestre d’accueil et de sécurité,
Agent/e équestre de la Police nationale,
Éco garde,
Garde moniteur/trice,
Garde républicain,
Garde vert,
Patrouilleur équestre
• Secteurs professionnels :
Environnement,
Fonction publique
• Centres d’intérêt :
Sport et nature,
Utilité
Faire respecter la loi
Protéger la planète

Avoir l’œil

Sur un cheval, on voit mieux et plus loin, on va plus vite. Leur principale mission est de surveiller. Ils travaillent dans la gendarmerie, dans la police municipale, dans des parcs naturels ou pour des associations privées.

L’éco garde est un garde à cheval qui protège la nature et assure la surveillance des sites naturels. Il observe les milieux, identifie les nuisances et alerte sur les dégradations des paysages. Dans un parc naturel, il peut accueillir et informer le public. Les brigades équestres de l’Office national des forêts surveillent les forestiers qui sont souvent nombreux, particulièrement en période estivale. Leur but est d’assurer une surveillance écologique.

Maintenir l’ordre :

Les policiers et les gendarmes à cheval ont une mission de sécurisation et de maintien de l’ordre. Ils effectuent des patrouilles en milieu rural, dans les espaces verts et même, parfois, en centre-ville. Les gendarmes appartenant à la garde républicaine assurent la protection de hautes personnalités et les services d’honneur lors d’événements officiels comme le 14 juillet.

Donner des amendes :

Le garde à cheval peut dresser des procès-verbaux pour infraction s’il appartient aux forces de l’ordre ou s’il est investi d’une mission de police de l’environnement.

Les compétences requises sont :

Etre accueillant et pédagogue c’est à dire que quel que soit son statut, le garde à cheval côtoie en permanence le public. Les risques d’incendie en forêt pour une cigarette oubliée ou un cendrier de voiture vidé, le respect du bien public... C’est la prévention ou sensibilisation du métier. Et c’est primordial.
Dissuasif et répressif mais le dialogue ne suffit pas toujours. C’est pourquoi certains gardes ont la possibilité de verbaliser des infractions. C’est le cas des agents qui ont une mission de police de l’environnement, des brigades équestres de police municipale, etc. En toute circonstance, le cheval est son meilleur allié : il suscite la sympathie tout en étant capable d’impressionner.
Pour un Bon cavalier il faut être disponible, avoir le sens de la communication, l’autorité... Toutes ces qualités doivent se combiner avec une parfaite maîtrise du cheval.

Lieux d’exercice et statuts :

Par tous les temps, été comme hiver, les gardes à cheval effectuent des patrouilles dans leur circonscription. Une bonne condition physique est nécessaire pour faire face aux intempéries. Seuls le verglas, les tempêtes de neige, les orages entravent leur activité. Il faut savoir que les pavés de Paris sont très glissants ! Cela concerne aussi bien les policiers municipaux que les éco gardes des parcs naturels, les forestiers à cheval ou les agents d’accueil du domaine de Versailles...

En fonction de l’actualité du planning :

Le climat n’est pas toujours un facteur déterminant. C’est parfois l’agenda du président de la République ou celui des autorités de l’État qui prévaut, notamment pour les gardes républicains. L’actualité syndicale ou sportive peut aussi remplir les plannings : des manifestations ou des matchs à encadrer...

Au service des autres :

Le garde à cheval patrouille souvent en binôme, à l’exception des policiers ruraux, trop peu nombreux. Il peut être amené à travailler en horaires décalés, le week-end. La sécurité des hommes et de la nature est très exigeante et contraignante.

Le salaire est variable selon l’employeur et le niveau d’études. Il y a peu d’emplois.
Des brigades équestres sont recensées à Fréjus, Bordeaux, La Roche-sur-Yon, Angers... Elles se développent aussi bien au sein de la police municipale que de la Police nationale.

Modes d’exercice variés :

L’une des raisons qui explique le manque d’information autour de ces professions est la diversité des modes d’exercice. Les emplois, souvent saisonniers ou temporaires, sont majoritairement offerts par les collectivités territoriales ou par des associations de protection de la nature. Quelques rares postes de fonctionnaires sont proposés par l’ONF (Office national des forêts) et les parcs naturels.

Concours de recrutement :

Les fonctionnaires sont recrutés sur concours : technicien supérieur de l’ONF, agent technique et technicien de l’environnement, gardien de la police municipale, gardien de la paix de la Police nationale, sous-officier de gendarmerie. Pour les brigades équestres et la garde républicaine, il faut déjà être engagé dans la carrière avant de se spécialiser.

Accès au métier :

Le niveau de pratique de l’équitation ne suffit pas pour passer les concours de la fonction publique ou de la gendarmerie, qui requièrent le plus souvent la possession d’un diplôme. Le concours de sous-officier de la gendarmerie est ouvert aux bacheliers. Sans diplôme, il est possible d’être recruté en tant que gendarme adjoint volontaire, sur tests, et de passer ensuite le concours interne de sous-officier. La police municipale a placé la barre au niveau CAP. Du côté de la Police nationale, un bac est indispensable pour passer le concours de gardien de la paix.
En équitation, l’unité de compte est le galop. Il faut un galop 5 au minimum pour accéder à une formation. Pour intégrer la brigade équestre du domaine du château de Versailles, il convient d’avoir un galop 6. En revanche, la Police nationale n’exige qu’un galop 2.
Les centres de formation de gardes équestres de Soissons-Cuffies (02) et Saint-Cyr-du-Doret (17) qui accueillent des jeunes sur tests, à partir d’un BEP (brevet d’études professionnelles) ou CAP (certificat d’aptitude professionnelle).

Après la 3e :
• CAP agent de sécurité
• Bac pro métiers de la sécurité

Après le bac
• BPJEPS activités équestres

Jusqu’au Bac :
CAP ou équivalent
• CAP Agent de sécurité

Bac ou équivalent
• Bac pro Métiers de la sécurité
• BPJEPS spécialité éducateur sportif mention activités équestres

Témoignage d’Axel, cavalier de la garde républicaine :

"Pouvoir pratiquer ma passion dans le cadre de mon travail, c’est tout l’intérêt d’être cavalier de la garde républicaine. Par ailleurs, le prestige de l’uniforme n’est pas sans importance. Et ce métier donne la chance d’approcher les grands de ce monde. Mais ce calendrier politique implique d’être disponible à n’importe quel moment, avec des conditions météorologiques pas toujours des plus agréables, pour nous comme pour notre monture."

15. AGENT/E DE SÉCURITÉ - Lana – 4ème8

16. AGENT/E DE SÛRETÉ FERROVIAIRE - Louise – 4ème8

17. CONVOYEUR/EUSE DE FONDS - Inès – 4ème8

Le convoyeur de fonds assure le transport et la sécurité de valeurs (billets de banque ou pièces, bijoux, titres de paiement, métaux précieux...) qui lui sont confiées par des banques, des commerces ou des administrations.

En quoi consiste ce métier ?

Qu’il soit conducteur, garde ou messager (également appelé chef de file ou chef de bord), le convoyeur conduit, surveille les lieux ou effectue le chargement et le déchargement des sacs contenant les fonds dont il est responsable : espèces en pièces ou en billets, chéquiers, cartes bancaires, métaux précieux... Il fait la livraison des valeurs dont il est responsable aux banques et aux commerçants. Il peut aussi être chargé d’alimenter les distributeurs automatiques de billets. Tout ça est établi selon un timing et un parcours précis établis à l’avance. Ce métier risqué demande du sang-froid et de la loyauté.

On peut commencer dans le métier sans qualification à partir de 21 ans (nécessaire pour obtenir un port d’arme) et avoir un casier judiciaire vierge. L’employeur peut proposer ensuite une formation axée sur les opérations de transport de fonds, la sécurité et un entraînement au tir. Le permis de conduire poids lourds peut être exigé.

Les formations et les diplômes
Après la 3e
CAP agent de sécurité. CQP métiers du convoyage de fonds et valeurs et activités assimilées. Bac pro métiers de la sécurité.

18. EXPERT/E EN SÉCURITÉ INFORMATIQUE - Nelson – 4ème8

Vidéo :

Étudier la fiabilité du système d’information d’une entreprise et en assurer la sûreté, telle est la mission de l’expert en sécurité informatique. Un défi pour ce spécialiste, à l’heure où les échanges de données se multiplient.

Salaire débutant 3000€ brut

En quoi consiste ce métier ?

Ses ennemis : les virus et les hackers (pirates informatiques). Sa hantise : une faille dans le réseau. Avec des informations de plus en plus nombreuses en ligne, les virus contaminent serveurs et messageries en quelques clics. L’expert en sécurité est là pour protéger les données et traquer les failles de sécurité des réseaux Internet et intranet. Il évalue d’abord le niveau de vulnérabilité des sites, traque d’éventuels virus et met en échec les tentatives d’intrusion de hackers. Ensuite, il met en place tout un système de protection : mots de passe, cryptologie, pare-feu, antivirus, etc. Les parades ne manquent pas pour réduire les risques.

Toujours au fait des dernières tendances et menaces sur le Net, cet expert est de plus en plus recherché par les entreprises. Ce métier demande de l’intégrité, de la disponibilité mais aussi un respect total de la confidentialité.

Les formations et les diplômes

Après le bac
5 ans pour obtenir un diplôme d’ingénieur ou un master en informatique, et plusieurs années d’expérience dans les réseaux informatiques sont nécessaires.

Bac + 5

Architecte système réseau et sécurité Chef de projet sécurité des systèmes d’information Diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Bretagne-Sud de l’université de Bretagne-Sud spécialité sécurité des systèmes d’information en partenariat avec l’ITII Bretagne Diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen spécialité informatique Diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale supérieure Mines-Télécom Atlantique Bretagne Pays de la Loire de l’Institut Mines-Télécom de Brest Diplôme d’ingénieur de l’École nationale supérieure Mines-Télécom Atlantique Bretagne Pays de la Loire de l’Institut Mines-Télécom spécialité réseaux et télécommunications en partenariat avec l’ITII Bretagne Diplôme d’ingénieur de l’École supérieure d’informatique électronique automatique Diplôme d’ingénieur de l’Institut d’ingénierie informatique de Limoges Diplôme d’ingénieur de l’Institut national des sciences appliquées Centre Val de Loire spécialité sécurité informatique Diplôme d’ingénieur de l’université de technologie de Troyes spécialité réseaux et télécommunications Diplôme d’ingénieur de Télécom Paris Tech de l’Institut Mines-Télécom Diplôme d’ingénieur de Télécom Sud Paris de l’Institut Mines-Télécom Diplôme européen en informatique Expert en informatique et systèmes d’information (SUPINFO) Expert en systèmes d’information (Sup de Vinci) Expert en technologies de l’information (EPITECH) Expert ingénierie des systèmes et réseaux Expert(e) en informatique et systèmes d’information (IPSSI) Master pro mathématiques et applications spécialité mathématiques, informatique et applications à la cryptologie MSc Computer Science (EPITA) MSc Master in Integration, Security and Trust of Embedded Systems bac + 6 Diplôme d’ingénieur spécialisé en sécurité pour les systèmes informatiques et les communications Mastère spé. Cyber sécurité : attaque et défense des systèmes informatiques (Mines Nancy) Mastère spé. sécurité informatique (INSA Lyon)

19. VEILLEUR/EUSE STRATÉGIQUE - Farah – 4ème8

Le métier de veilleur/veilleuse stratégique consiste à collecter des informations stratégiques, pour informer une entreprise sur l’évolution de son environnement économique, technologique, juridique, concurrentiel etc.

Le veilleur/veilleuse surveille les entreprises concurrentes afin d’éviter la contrefaçon et le risque de débauche des salariés.

L’objectif de ce métier est d’éclairer l’entreprise dans ses choix stratégiques, d’où le nom de veilleur stratégique.

• Les études nécessaires pour accéder à ce métier sont un Bac +5 en intelligence économique (master) voire un Bac +6 en mastère spécialisé en intelligence économique.

• Les secteurs professionnels dans lesquels les veilleurs stratégiques sont les plus sollicités sont :
* l’Automobile,
* la Banque et les Assurances,
* la Construction Aéronautique, ferroviaire et navale.

20. CONSULTANT/E EN VALIDATION - William – 4ème8

21. INGÉNIEUR/E ESSAIS - Erwan – 4ème8

Un ingénieur essais a la responsabilité d’un programme de tests, depuis sa conception jusqu’à la mise au point du produit. Son rôle est déterminant avant la mise en production en grande série car il ne faut pas mettre en danger les utilisateurs du produit.

Pour pouvoir faire ce métier il faut au moins bac + 5. Le salaire débutant est de 2900€ brut. Le statut est salarié. Les secteurs professionnels sont l’automobile, la construction aéronautique, ferroviaire et navale. Les centres d’intérêt sont savoir organiser, gérer, « branché High Tech ».

En quoi consiste ce métier ?
Dans ce métier il faut anticiper les défaillances. L’ingénieur essai doit prévoir tous les dangers susceptibles de causer des accidents ou bien vérifier que les trains sont sûrs et confortables avant leur mise en service.

Les tests opérés incluent la sécurité, la résistance des structures, le freinage, le confort acoustique et thermique, les vibrations, le respect de l’environnement. Il faut aussi organiser les essais et coordonner les travaux.

Compétences requises

Il faut maîtriser la physique de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) c’est-à-dire les mesures, les dessins, les connaissances en électronique, mécanique et informatique. Il faut aussi bien analyser et être créatif mais également être fiable et rigoureux.

Où l’exercer ?

Le chef d’équipe donne les ordres et dirige plusieurs hommes. Les exercices se font dans un bureau et sur le terrain.

Les formations et les diplômes

Après le bac
Ce métier est accessible à bac + 5 avec un diplôme d’ingénieur généraliste ou un master.
On peut se spécialiser en mécanique, en aéronautique... ou master en mécanique, aéronautique, électronique….

22. RESPONSABLE ASSURANCE QUALITÉ - Adèle – 4ème8

Résumé du métier dans le secteur pharmaceutique :
Le rôle d’un assistant qualité produit dans une industrie pharmaceutique est de s’assurer que les médicaments sont correctement fabriqués telles que le demandent les bonnes pratiques de fabrication, pour les mettre sur le marché. Les assistants assurance qualité produit dans les laboratoires pharmaceutique sont majoritairement pharmaciens. En effet, seul les pharmaciens ont le droit de libérer des lots. Les dossiers de lot sont des dossiers dans lesquels on peut retrouver tous les évènements de la fabrication d’un médicament. Ces pharmaciens ont donc la responsabilité de les évaluer. Des réunions ont ensuite lieu quotidiennement avec la production sur les problèmes qui ont pu intervenir.

Leurs autres missions sont la validation des fabrications et la gestion des réclamations clients. Quel que soit son secteur, le responsable qualité doit être rigoureux, méthodique, posséder d’excellentes capacités d’analyse et de communication.

Les formations et les diplômes :

Après le bac :

De bac + 5 (diplôme d’ingénieur ou master en agronomie, chimie, biologie, agroalimentaire, qualité...) à bac + 6 (diplôme d’État de docteur en pharmacie) pour travailler dans l’industrie pharmaceutique.

Les secteurs professionnels :
Suite à ses études, on peut travailler dans les industries pharmaceutiques, agroalimentaires ou cosmétiques.

23. RESPONSABLE QUALITÉ HYGIÈNE SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT (QHSE) - Anthony – 4ème8

24. CHEF/FE DE PROJET SITES ET SOLS POLLUÉS - Sabrina – 4ème8

En quoi consiste ce métier ?

Le métier de chef de projet sites et sols pollués consiste à réhabiliter les terrains souillés par une activité minière ou industrielle. Il traite les déchets enfouis, les liquides déversés... afin qu’ils ne présentent plus de risques pour l’homme et l’environnement. Le salaire d’un débutant est de 2300€ brut.

Les formations et les diplômes

Après le bac
5 ans pour obtenir un diplôme d’ingénieur en chimie, en sciences de la terre ou un master en gestion de l’environnement, risques et environnement, bio-géosciences, etc. À noter : on devient ingénieur dépollution avec de l’expérience, après avoir été ingénieur environnement ou géologue, par exemple.

Emploi
Il y a plusieurs secteurs professionnels : l’Énergie (tourné du côté des industries pétrolières et nucléaires), l’Environnement (tourné du côté des maisons écologiques, des normes imposées aux entreprises, de la récupération d’énergie...), l’Industrie chimique (tourné du côté des molécules complexes pour les cosmétiques, les biocarburants en passant par les écrans plats et les médicaments).

25. INGÉNIEUR/E D’ÉTUDES EN SÛRETÉ NUCLÉAIRE - Alexandre – 4ème8

26. INGÉNIEUR/E RADIOPROTECTION - Paul – 4ème8

Spécialiste de la prévention des risques dans le domaine de la radioactivité, l’ingénieur radioprotection a un rôle clé dans l’industrie nucléaire qui a encore de beaux jours devant elle.

Les formations et les diplômes
Après le bac
Bac + 5 diplôme d’ingénieur spécialisé ou master en énergie nucléaire, risques et environnement...

Énergie
En dépit de la crise économique, le secteur de l’énergie a longtemps affiché une bonne santé. Le vent a cependant tourné du côté des industries pétrolières et nucléaires, en proie à des incertitudes. Leurs recrutements sont en baisse. Quant aux énergies renouvelables, elles restent un filon prometteur.
Autres métiers de la même branche : technicien radioprotection, ingénieur nucléaire, ingénieur environnement, Responsable Qualité Hygiène Sécurité Environnement (QHSE).

En quoi consiste ce métier ?

Garant de la sécurité dans les centrales nucléaires, l’ingénieur radioprotection conçoit la politique de prévention du site. En ingénierie, il est chargé d’adapter et d’améliorer les moyens et outils de mesure et de prévention.
Il analyse les postes de travail présentant un risque d’exposition aux rayonnements. Il détermine et choisit le matériel adapté, et fait réaliser des mesures de rayonnement. En cas d’incident, il réagit immédiatement en proposant des solutions adaptées pour éviter toute contamination.
Il s’assure aussi bien de la protection des hommes que de celle de l’environnement, et réfléchit à la manière de minimiser les risques de radiations. C’est ainsi qu’il peut être amené à concevoir des outils, comme un robot, pour éviter d’exposer un homme lors d’une opération de maintenance. En relation avec tous les services de l’entreprise, il informe, communique et rassure. Il doit intervenir immédiatement en cas d’incident ou d’anomalie. Il travaille en équipe, notamment avec des techniciens chargés des mesures sur le terrain.

27. TECHNICIEN/NE RADIOPROTECTION - Sidi – 4ème8