Droits et Justice – IIème trimestre – année 2018-2019

, par A. Henry

1. JE VEUX FAIRE RESPECTER LA LOI - Farah – 4ème8

Pour faire respecter la loi, il existe plusieurs métiers dans différents secteurs professionnels.
• Le premier secteur est la défense des citoyens avec la Police qui assure la sécurité des citoyens quotidiennement et l’Armée qui protège le territoire. Pour travailler dans ce secteur, le niveau d’étude va de la troisième à bac+8 et est accessible généralement sur concours. Les métiers proposés dans la Police sont : gardien de Police municipale, gardien de la paix , contrôleur des douanes, commissaire de police et dans l’Armée : officier, sous-officier et gendarme.

• Le deuxième secteur concerne la justice qui est rendue dans un tribunal dans lequel plusieurs métiers se regroupent. Le procureur s’exprime au nom de la société, les avocats défendent leurs clients (accusé ou victime), les juges prononcent une sentence et les greffiers rédigent les audiences. Ensuite le juge d’application des peines va déterminer les mesures que le détenu devra appliquer. Une fois le détenu en prison, il est surveillé par les gardiens de prison et est suivi par des travailleurs sociaux pour l’aider à réintrégrer la société . Le niveau d’étude requis est un bac +5 en Droit. Pour travailler dans ce milieu, la rigueur, l’organisation, l’argumentation, la rédaction, l’analyse, la synthèse et le dialogue sont nécessaires. Il faut aussi accepter que tout le monde a droit à une défense.
• Le troisième secteur concerne le respect du droit d’une entreprise. Tout au long de sa vie, une entreprise doit respecter des textes de loi. Pour l’aider, il existe plusieurs métiers, des juristes, des contrôleurs et administrateurs judiciaires. Pour travailler dans ce secteur , il faut faire une formation en droit mais aussi en économie.

• Le dernier secteur concerne la protection de l’environnement. Tout citoyen peut participer à l’application de la loi en pleine nature. Les gestes inciviques comme jeter des papiers au sol ou écraser une cigarette parterre ne sont pas tolérés. Dans les parcs ou en foret, des gardes font des rondes dans les zones dont ils sont responsable pour surveiller les mauvais comportements des promeneurs ou pour empêcher le braconnage. Pour ce métier, sont requis un CAP, et une bonne connaissance de la nature.

2. QUEL BAC POUR FAIRE DU DROIT ? - Ambrine – 4ème8

A la question « Quel Bac pour faire du droit ? » il est préférable de choisir une filière littéraire, 60% des admis en font partie.

Cependant, les bacheliers issus des filières technologiques et professionnelles ont davantage de difficultés et ils passent rarement le cap de la première année de licence.

Les notions de droit abordées ont peu de rapport avec les enseignements. Le droit nécessite d’être à l’aise avec la dissertation et l’argumentation.

Les Bacheliers S éprouvent quelques difficultés avec la rédaction mais leur travail méthodique et régulier est très efficace.

Les Bacheliers ES ont, eux, une bonne expression écrite et orale ce qui facilite leur travail.

Il faut savoir qu’en licence de droit l’expression écrite et orale compte beaucoup. Chaque profil a ses atoutspour réussir, le principal étant de gérer son temps. Le droit nécessite aussi l’acquisition d’une technique, d’un nouveau langage. Les Bacheliers des filières générales sont les mieux placés.

3. LA CAPACITÉ EN DROIT - Eloïse – 4ème8

La capacité en droit s’adresse principalement aux non-bacheliers mais certains titulaires du bac décident néanmoins de suivre cette formation afin d’acquérir des bases juridiques avant de rejoindre la licence de droit qui est réputée très difficile.

Pour pouvoir s’inscrire à l’université ou au CNED (centre national d’enseignement à distance) il faut être âgé de plus de 17 ans. Après l’inscription, les non-bacheliers se préparent pour les examens sur la capacité en droit pendant deux ans à l’université dans le cadre de cours du soir ou via l’enseignement à distance sur internet. Alors que les bacheliers ne font qu’un an de préparation.

Que font-ils pendant cette formation ?
Le programme comprend du droit : civil, public, notarial, social, etc. Les étudiants apprennent à lire une décision de justice et à résoudre des cas pratiques. Si les étudiants ont plus de 10/20 aux examens du certificat ils peuvent se diriger en première année de licence de droit. Avec 15/20 aux examens ils peuvent se diriger vers la deuxième année de licence de droit.

Mais ce ne sont pas les seules possibilités. Ils peuvent également se diriger en DUT carrières juridiques, en BTS notarial ou dans des concours administratifs. La capacité en droit permet également d’accéder à certains emplois comme : assistant/e juridique d’avocat/e, clerc d’huissier/ère, collaborateur/trice de notaire.

Ils sont néanmoins en concurrence avec les diplômés de niveau bac+2.
Ces dernières décennies, le nombre de candidats a fortement baissé, à cause de l’augmentation du taux de réussite au bac et de la création des bacs professionnels.

4. DUT CARRIÈRES JURIDIQUES - Erwan – 4ème8

Qu’est-ce qu’un DUT Carrières Juridiques :
Ce DUT (Diplôme Universitaire et Technologique) forme des techniciens supérieurs dans différents domaines du secrétariat juridique, service juridique, ressource humaine etc.…

Les compétences générales :
- Détenir un bon niveau de culture générale,
- Avoir une bonne maitrise de la langue française écrite et orale pour permettre d’acquérir de nouvelle compétence.
- Et avoir une connaissance suffisante dans une langue vivante de préférence l’Anglais qui permettra de progresse pendants la formation.

Il faut aussi des compétences techniques et scientifiques c’est ta dire :
- Avoir une approche de la vie politique : société et monde économique, environnement de l’entreprise.
- Et avoir des connaissances de base en informatique : logiciels bureautiques

Il y a des qualités humaines à avoir qui sont :
- Avoir l’esprit d’équipe et savoir s’intégrer dans les travaux de groupe via les projets, travaux pratiques.
- Savoir s’impliquer dans ses études et fournir le travail nécessaire à sa réussite.

Pour y accéder il faut :
- Être titulaire d’un baccalauréat : notamment bac ES, L, ou bac STMG.
- L’accès se fait sur dossier, voire passer des tests et/ou entretien.
- Une partie de places est réservée aux bacheliers technologiques et professionnels.
- Les bacheliers technologiques ou professionnels ayant obtenu la mention « bien » ou « très bien » au bac sont admis de droit dans les formations du secteur similaires avec leur bac.
- Accès en année spéciale (DUT en 1 an) : avoir validé 60 crédits européens ou suivi un enseignement supérieur de 2 ans. Sur entretien.

Où l’on peut se faire former :
On peut se former dans des Universités ; il y en a 14 en France et en alternance. La durée de du diplôme est de 2 ans.

On peut poursuivre ses études :
Après un DUT carrières juridiques, les diplômés peuvent poursuivre :
en licence professionnelle (mentions : activités juridiques ; métiers du notariat ; métiers de la GRH ; assurance, banque, finance ; métiers de l’immobilier), en licence générale (mentions : droit ; administration publique ; gestion ; économie et gestion ; administration économique et sociale).

5. LA LICENCE DROIT - Sabrina – 4ème8

La licence de droit est l’étude des règles qui organisent la vie en société publique, privée ou internationale. Pour cela, il faudra apprendre le vocabulaire nécessaire et les méthodes juridiques (commentaire d’arrêt, dissertation juridique…).

En « L1 » ou licence 1, les titulaires du Bac peuvent avoir, s’ils le souhaitent, une année de remise à niveau en Français, en culture générale et en méthodologie, pour augmenter leurs chances de réussite en licence.

En « L2 » ou »L3 », les étudiants qui ont déjà effectué deux ans d’études supérieures ont un DUT carrières juridiques (Diplôme Universitaire de Technologie en carrières juridiques).

Pour chaque mention de licence, une liste des connaissances et des compétences est nécessaire à savoir pour réussir dans sa filière, ce sont les attendus. Ils permettent aux futurs étudiants de connaître le contenu et les exigences de leur formation afin de formuler leurs vœux sur Parcours Sup (enseignement supérieur).

Pour avoir son diplôme professionnel en droit, il faut passer par trois licences.
En « L1 » « et en « L2 », les étudiants s’initient aux bases de la discipline comme le droit civil, les finances publiques, les relations internationales… Ils ont l’acquisition du vocabulaire juridique et la méthodologie pour l’étude des cas sociaux, le commentaire d’arrêt ou la dissertation juridique.

En « L3 », même si la formation reste généraliste, les étudiants abordent le droit privé, le droit public, le droit européen et international, à travers des parcours de spécialisation à choisir en fonction des projets professionnels.

Avec une « L2 » validée, l’étudiant peut s’orienter vers une autre mention souvent proposée en « L3 », comme administration publique ou sciences politiques.

Il y a, comme autres possibilités, préparer une licence professionnelle pour un an d’étude ou bien rejoindre un institut spécialisé.

Avec une « L3 » validée, le diplômé peut préparer un Master juridique qui ouvre l’accès aux formations professionnelles d’avocat, de notaire, d’huissier, de commissaire de police, de magistrat… (sélection sur concours).

6. INTEGRER L’ÉCOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE - Anthony– 4ème8

Selon une publication du 8 janvier 2014 de Martinique-Fort de France.
L’école internationale de la magistrature (ENM) organise trois concours de recrutement pour accéder à la formation de magistrats.
Ces concours sont ouverts :
-  Aux étudiants diplômés âgés de 31 au plus.
-  Aux fonctionnaires de l’état, des collectivités territoriales et aux militaires.
-  Aux personnes du secteur privé.

A l’issue de leur formation, les étudiants choisissent leur affectation en fonction des postes vacants et de leur classement.

La formation est rémunérée et dure 31 mois qui alternent théorie et pratique (stages).

7. MAGISTRAT/E - Paul – 4ème8

La magistrature a comme fonction de rendre la justice et de veiller au respect des textes législatifs et réglementaires, telles sont les missions du magistrat. Si cette profession attire de nombreux candidats, elle reste extrêmement difficile d’accès. Le salaire est de 2 092 € brut.

En ce qui concerne la formation, après le Bac, il faut 4 ou 5 ans pour obtenir un M1 ou un M2 en droit ou bien encore obtenir le diplôme de l’IEP (Institut d’Etudes Politiques), passer ensuite 31 mois à l’ENM (Ecole Nationale de la Magistrature) à Bordeaux. On accède sur concours avec un Bac + 4 au minimum dont la préparation est possible dans un IEJ (Institut d’Etudes Judiciaires).
Bac +7 formation des magistrats

Les secteurs d’emploi sont le droit et la justice et la fonction publique.

En quoi consiste le métier ?

Vidéo : le juge d’instruction est un enquêteur saisi par le procureur de la République qui enquête sur un meurtre, un viol, un vol avec violences par exemple… Au terme de l’enquête le juge d’instruction regarde s’il y a suffisamment de preuves sur un accusé pour voir s’il passe en jugement. Souvent ils repassent sur les lieux du fait pour refaire la, scène avec un témoin par exemple. Ils reprennent même les objets mis sous scellé. Ils ont des outils mis à disposition par la loi par exemple : il peut interroger les victimes, les personnes mises en examen. Quand il fait son enquête il doit instruire à charge et à décharge c’est-à-dire qu’il doit vérifier tous les éléments qui sont sur le dossier (celui du suspect comme la victime). Du coup il va consulter des dossiers, rencontrer les personnes, faire le point avec les enquêteurs, se déplacer sur les lieux, travailler avec sa greffière. Ils sont tous les jours au contact de personnes différentes et variées (suspects, victimes, interlocuteurs) et ils sont toujours dans le but de trouver la vérité.

8. GREFFIER/ÈRE - Zejnulla – 4ème8

9. JUGE D’INSTANCE - Antoine – 4ème8

Juge d’instance :

Statut(s) : Statut fonctionnaire
Synonymes : Magistrat/e
Métiers Associés :
Juge aux affaires familiales, Juge d’application des peines, Juge des enfants, Juge des libertés et de la détention,
Juge d’instruction, Procureur/e de la République, Substitut/e du procureur
Secteur(s) professionnel(s) :
Droit et justice, 
Fonction publique

Dégradation d’un bien, non-paiement d’un loyer... Les domaines d’intervention d’un juge d’instance sont vastes. Seule condition requise : que les sommes en jeu soient inférieures à 10 000 euros. Ce magistrat du siège s’occupe également des litiges relatifs aux crédits à la consommation (achat d’une voiture, cuisine équipée...) ou au financement des dépenses de construction (ravalement de façade, réparations...).

Le juge d’instance est également juge des tutelles. Sa mission : protéger les plus faibles, en concertation avec les médecins, les services sociaux, les notaires... Lors de la souscription d’un prêt ou pour la signature d’un contrat de vente, il peut ainsi assister les personnes qui n’auraient pas l’autonomie nécessaire pour accomplir seules cet acte : des majeurs « diminués » physiquement ou mentalement, ou encore des mineurs dont les deux parents sont décédés ou déchus de leur autorité parentale. Les demandes d’émancipation des mineurs âgés de plus de 16 ans sont aussi du ressort du juge des tutelles.

De solides connaissances en droit sont, bien sûr, exigées. Mais un juge d’instance doit aussi être attentif et disponible, humble et autonome, capable d’initiative et de synthèse, réactif et organisé, conciliant et compréhensif. Au quotidien, il est animé par la recherche de la vérité et le sens de l’équité.

Même s’il est seul pour rendre son jugement, le juge d’instance intervient de plus en plus dans un cadre collectif. Il doit prendre le temps de consulter différents partenaires avant de rendre, en toute objectivité, sa décision finale. D’autant plus que celle-ci est parfois lourde de conséquences sur la vie des gens.
Faire preuve de psychologie est indispensable pour appréhender au mieux les affaires traitées. Des talents de médiateur sont très appréciés pour apaiser les conflits et gérer les événements difficiles.

Après le bac :
4 ou 5 ans pour obtenir un M1 ou un M2 en droit, ou encore un diplôme d’IEP (institut d’études politiques), puis 31 mois à l’ENM (École nationale de la magistrature) à Bordeaux. Accès sur concours avec un bac + 4 au minimum ; préparation possible dans un IEJ (institut d’études judiciaires). Niveau minimum d’accès : bac + 7 si vous faites bac + 7 vous pouvez faire une formation pour devenir magistrat.

Loyers impayés, travaux mal exécutés : le juge d’instance est le magistrat spécialiste des litiges, souvent entre particuliers, pour des sommes en jeu inférieures à 10 000 euros. Également juge des tutelles, il a pour mission de protéger les plus faibles. Le juge d’instance préside les audiences, assisté d’un greffier, au sein du tribunal d’instance. Quels que soient les faits et les personnes, il ne prononce son verdict qu’après avoir étudié le dossier et entendu accusés comme accusateurs exposer leurs arguments dans un débat contradictoire. Lui seul fixe les sanctions et les peines, ordonne les dommages et intérêts.
Comme tout magistrat, le juge d’instance est amené, au cours de sa carrière, à changer régulièrement de lieu d’exercice et de fonction. Il devient alors juge des enfants, juge d’instruction, juge aux affaires familiales, etc. Ces opportunités de changement font l’intérêt de la profession et permettent d’évoluer rapidement.

Salaire débutant pour un juge d’instance :
2092€ brut

En entrant dans une audience civile la juge doit prononcer ces phrases :
« L’audience est ouverte levez-vous s’il vous plait » puis le juge s’assoie en même temps que les différentes parties en disant « vous pouvez vous asseoir ».
Le juge d’instance c’est le juge du quotidien il traite deux choses aussi variées que les rapports entre le propriétaire et le locataire que le contentieux de la vie rurale entre les agriculteurs et propriétaires des terrains par exemple le contentieux entre les emprunteurs et les sociétés de crédit à la consommation, la mise sous tu test c’est à dire la représentation pour les personnes âgées qui ont perdu une partie de leur faculté mentale ou physique mais plus particulièrement mentale. Le juge d’instance collabore en permanence avec les greffiers qui l’aide en permanence à la préparation des audiences ils demandent leur avis à ses collègues juge d’instance lors ce qu’ils hésitent sur la solution à porter un litige et puis il est en relation quasi permanant avec les huissiers notaires et avocats. Le juge d’instance à un rôle d’apaisement sociale c’est à dire qu’il est là en premier lieux pour concilier les parties alors quand sa marche c’est vraiment satisfaisant de pouvoir se dire te bien j’ai évité d’aller à ses gens jusqu’à un litige qui aurait pu être long et couteux. C’est un métier ou il faut faire appel à ses compétences intellectuelles et d’autre par et un métier profondément humain c’est un métier ou on est tout le temps en contact avec les gens et don c’est cette alliance avec l’intellectuelle et l’humain.

10. SUBSTITUT/E DU PROCUREUR - Justine – 4ème8

Fonction :
Le substitut assiste le procureur de la République, qui a pour mission de défendre l’intérêt publique au sein des tribunaux.
C’est lui qui oriente les affaires soit en engageant des poursuites soit en classant le dossier sans suite. Il intervient dans toutes les étapes de la chaîne pénale. Il coordonne les actions de la police et après il présente le dossier devant les juges et demande une sanction pénale. Il veille également à l’exécution de la peine.

Les formations et diplômes
Après le bac
Master 1 ou 2 en droit ou diplôme d’IEP (institut d’études politiques) puis 31 mois à l’ENM (école nationale de la magistrature) à Bordeaux. Accès sur concours à l’ENM avec bac + 4. Préparation possible dans un IEJ (institut d’études judiciaires).

Secteurs professionnels
Droit et Justice et fonction publique.

11. JUGE D’INSTRUCTION - Louise – 4ème8

Quel est son métier ?
Après une enquête, le juge d’instruction analyse les éléments qui peuvent accuser ou innocenter un suspect. A lui d’estimer si les preuves sont suffisantes pour le juger.
Le juge d’instruction est chargé d’instruire l’affaire, c’est-à-dire qu’il la met en état d’être jugée. Pour cela, il rassemble les pièces du dossier, réunit les éléments d’information favorables ou non au suspect, et interroge les témoins.

Ce magistrat peut être saisi par le Procureur de la République qui ouvre une information judiciaire ou par une victime qui se constitue partie civile.
Le juge d’instruction fixe les grandes orientations de l’enquête à charge et à décharge. Il organise le travail de la police judiciaire, mène les interrogatoires, délivre les mandats d’arrêt, ordonne les perquisitions, met les suspects en examen, demande un placement en détention provisoire au juge des libertés et des détentions. Une fois son travail terminé, il peut décider du non-lieu d’une affaire ou de son renvoi devant le tribunal ou la cour d’assises.

Cette fonction demande de la rigueur et du sang-froid car il faut savoir prendre des décisions dans des dossiers où les enjeux sont importants.

Quels sont les formations et les diplômes requis ?
Après le Bac
4 ou 5 ans pour obtenir un M1 ou un M2 en droit ou encore un diplôme d’IEP (Institut d’2tudes Politiques) puis 31 mois à l’ENM (Ecole Nationale de la Magistrature) à Bordeaux.
Accès sur concours avec un Bac + 4 au minimum avec une préparation possible dans un IEJ (Institut d’Etudes Judiciaires).

12. JUGE DES ENFANTS - Marie – 4ème8

Quand un enfant est envoyé en prison ou alors qu’il est retiré de sa famille, ce sont les juges des enfants qui s’occupent de tout ça. Dans ce métier, l’écoute, la force de caractère et la compréhension sont indispensables. Ce métier consiste à prendre une décision qu’il s’agisse de protéger ou de condamner les mineurs. Lorsque le juge décide de le protéger, ceci arrive quand l’enfant se fait maltraiter par ses parents ou bien que les parents soient souvent absents et donc ne s’occupent pas de l’enfant. Dans ce cas, il peut le placer dans un établissement spécialisé ou alors tout simplement dans une famille d’accueil. Le Président du Tribunal intervient seulement quand un mineur a commis un vol, du racket, dégradation ou autres. Il le met en examen puis juge l’affaire. Même si le juge est le seul à prendre la décision finale, il s’appuie toujours sur l’avis des professionnels c’est-à-dire : les personnels de la protection judiciaire de la jeunesse, assistant de service social, éducateurs, psychologue et d’autres membres.

Pour pouvoir faire ce métier, après le bac, il faut étudier 4 ou 5 ans pour obtenir un M1 (Masteur1) ou un M2 (Masteur2) en droit, ou alors un diplôme d’IEP (Institut d’Etudes Politiques), ensuite 31 mois à l’ENM (Ecole Nationale de la Magistrature) à Bordeaux. Il y a un accès au concours avec minimum un bac+4 et une préparation est possible dans un IEJ (Institut d’Etudes Judiciaires). Après un bac+7, la formation des magistrats est possible.

Dans le droit et la justice, plusieurs emplois sont possibles comme : Avocat, Juriste, Magistrat, Notaire et pleins d’autres. Ils forment des métiers très différents et dans des lieux différents aussi comme : Tribunal, Etude, Cabinet ou bien Entreprise. Leurs points communs sont de longues études de droits ! Le juge des enfants comme tous les juges fait partie de la fonction publique, c’est-à-dire que c’est l’Etat qui l’embauche en quelques sortes. Il fait donc partie des fonctionnaires de l’Etat. Le budget brut d’un débutant de juge des enfants est de 2092 €.

13. ÉDUCATEUR/TRICE DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE - David – 4ème8

Le métier d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse consiste à intervenir auprès de mineurs délinquants ou en danger. Il leur apporte une aide éducative et favorise leur réinsertion sociale. Le salaire d’un débutant est de 1 950 € brut.

Il travaille le plus souvent dans une institution ou un foyer d’hébergement. L’éducateur aide les mineurs à se construire en leur fixant des repères et des objectifs. Un métier passionnant mais usant où il faut savoir allier fermeté et souplesse.

Les formations et les diplômes
Après le Bac, il y a 3 ans pour préparer le DEES (Diplôme d’Etat d’Educateur Spécialisé) ou le DUT carrières sociales, complété par une année supplémentaire pour valider le DESS avant de passer le concours de recrutement et de suivre les deux années de formation rémunérées de l’ENPJJ (Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse).

Secteurs professionnels / emplois
Fonction publique : premier employeur de France, la fonction publique doit faire face à des départs à la retraite. Et même si tous les postes ne sont pas remplacés, elle reste le plus gros pourvoyeur d’emplois.

14. DIRECTEUR/TRICE DE CENTRE PÉNITENTIAIRE – Benjamin– 4ème8

15. SURVEILLANT/E DE CENTRE PÉNITENTIAIRE - Tristan – 4ème8

16. CONSEILLER/ÈRE D’INSERTION ET DE PROBATION - Thomas – 4ème8

1 La vidéo
Dans la vidéo on voit un CPIP (conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation) qui nous présente son métier il aide des prisonniers en prison ou sortie de prison à réintégrer la société des fois il se peut que des prisonniers continuent leur travail mais en prison quand ils sont en dehors ils sont simplement surveiller pour voir s’il obéit aux obligations qui lui sont imposé...

2 En quoi consiste ce métier
Le CPIP (conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation) aide les personnes condamnées par la justice à retrouver une place dans la société et à ne pas « récidiver » (commettre une nouvelle infraction). Les personnes condamnées sont soumises à des obligations, et le CPIP contrôle que ces obligations sont bien respectées. De même, il permet aux condamnés de garder un lien avec leur famille, de comprendre la peine qu’ils ont reçue, et il les aide à trouver du travail.
Ce métier peut s’exercer auprès de détenus en prison, ou en milieu ouvert auprès de « probationnaires », c’est-à-dire de personnes qui doivent faire leurs preuves. Le CPIP est quelqu’un d’ouvert aux autres et aimant les relations humaines. Il ne craint pas d’affronter des situations difficiles. Il est en contact avec des structures d’aide, le personnel pénitentiaire et les juges.

3 Les formations et les diplômes
Après le bac
Ce fonctionnaire est recruté sur concours, accessible après un bac + 2. Ensuite, il suit une formation spécifique pendant 2 ans. Avec un salaire débutant de 1636€ brut

17. NOTAIRE - Lana – 4ème8

18. COLLABORATEUR/TRICE DE NOTAIRE - William – 4ème8

Je vais vous présenter le métier de collaborateur de notaire ou clerc de notaire selon le milieu dans lequel on travaille.

En quoi consiste ce métier ?
Un collaborateur s’occupe de la gestion des dossiers traité dans un office notarial. Il doit rassembler toutes les pièces administratives nécessaires, rédiger les actes notariés (contrat de mariage, donation, titre de propriété…).
Les collaborateurs de notaire travaillent avec des interlocuteurs extérieurs : banquiers, agents immobiliers, agents administratifs.
Il doit également bien conseiller ses clients.
Les collaborateurs de notaire n’ont aucune responsabilité juridique car le notaire est la seule personne autorisée à signer les actes notariés.
Les formations et les diplômes requis

Après le Bac
Deux ans pour obtenir le BTS notariat, éventuellement complété par une licence pro métiers du notariat (1 an), puis un an pour le diplôme de l’institut des métiers du notariat.
Bac +2 : BTS notariat
Bac +3 :
Licence pro activités juridiques spécialité métiers du notariat
Licence pro métier du notariat
Bac +4 : diplôme de l’institut des métiers du notariat

Le secteur d’emploi
Droit et Justice
Avocat, juriste, magistrat, notaire. Ils exercent des métiers très différents dans des lieux divers (tribunal, étude, cabinet ou entreprise) et sous tous les statuts (fonctionnaire, libéral ou salarié). Leur point commun : de longues études de droit.
Enfin les collaborateurs de notaire peuvent aspirer à un poste de notaire en demandant une formation de deux ans, tous les 15 jours une journée de formation.

19. AVOCAT - Inès – 4ème8

Le métier d’un avocat en droit de l’environnement consiste tout d’abord à défendre des personnes devant les tribunaux. Par exemple dans les cas où vous êtes victime d’une pollution près de chez vous ou que vous avez inhalé des gaz toxiques, dans ces cas-là vous faites appel à un avocat de l’environnement. Ensuite il consiste aussi à conseiller les gens c’est-à-dire que si vous achetez une maison ou un appartement ou n’importe quel acte de la vie quotidienne où l’environnement est en jeu, l’avocat sera là pour vous conseiller.

Pour faire ce métier, il faut un Bac littéraire ensuite entrer à la faculté de droit où vous pouvez recevoir des diplômes licence et / ou Master 2. Ensuite vous devez faire du droit de l’environnement si vous aimez le droit et l’environnement.

Les qualités d’un bon avocat sont l’écoute, car il faut bien écouter les problèmes des gens pour mieux l’analyser et donc mieux les résoudre, et la passion car il faut défendre, argumenter et convaincre.

20. HUISSIER/ÈRE DE JUSTICE - Josué – 4ème8

Un huissier de justice est un officier ministériel qui détient une partielle de l’autorité publique et, à ce titre, il exécute des décisions de justice. L’huissier de justice est chargé de signifier des actes judiciaires ou extra-judiciaires.

Un acte judiciaire est le fait d’entamer une action en justice ou d’assurer le déroulement de l’instance. L’acte extra-judiciaire qualifie l’acte établi par un officier ministériel.

Les huissiers peuvent faire des constats dans plusieurs domaines : par exemple en matière d’immobilier. Ils font des constats en travaux… Les clients d’un huissier sont soit des avocats soit des particuliers soit des entrepreneurs qui veulent faire exécuter les décisions de justice. Les huissiers travaillent avec des collaborateurs qu’on nomme des clercs.

Les huissiers interviennent dans des situations difficiles où les clients sont dans une situation de faiblesse. Les décisions de justice peuvent amener à des paiements. Les huissiers doivent être disponibles à chaque minute et ils ont un créneau de 6 h le matin à 21 h le soir.

Il faut faire un Bac + 5 (examen professionnel d’huissier de justice). Après le Bac il faudra 4 ans pour préparer un M1 en droit puis 2 ans de stage rémunéré dans une étude et réussir l’examen professionnel d’aptitude aux fonctions d’huissier de justice.

21. CLERC D’HUISSIER - Élise – 4ème8

1. Qu’est-ce qu’un clerc d’huissier ?
Le clerc d’huissier est le collaborateur de l’huissier de justice. Le clerc d’huissier est celui qui suit les dossiers au quotidien. Il gère des affaires, il remet des actes au domicile, il a le choix des procédures et il manage.
Ce métier recouvre donc trois niveaux de qualification. Le salaire d’un clerc d’huissier débutant est de 1 498€ brut.

2. En quoi consiste le métier de clerc d’huissier ?
Il est l’assistant de l’huissier, le clerc assure le suivi financier et administratif des dossiers en charge. Le clerc rédige des actes qui sont validés par l’huissier. Le clerc accueille aussi les clients et etc.

3. Il existe trois types de clerc
En premier, nous avons le clerc de procédure qui est responsable des dossiers recouvrement et recouvrement des créances.
Il est aussi chargé de récupérer les sommes impayées.

En deuxième, nous avons le clerc significateur qui remet les actes et les décisions prises par la justice aux personnes concernées. S’il ne les trouve pas, il mène des enquêtes… Le clerc significateur peut aussi effectuer des recherches sur la solvabilité des débiteurs.

En troisième, nous avons au niveau supérieur, le clerc expert. Il est le bras droit de l’huissier. Le clerc expert est celui qui suit les dossiers complexes, comme par exemple les hypothèques ou les procédures immobilières… jusqu’à leur clôture. C’est le choix de la procédure à mettre en œuvre qui lui revient, de même que les mises à jour des logiciels de rédaction d’actes. Le clerc expert peut aussi encadrer les clercs aux procédures et les clercs significateurs de l’étude.

4. Quelles sont les formations et les diplômes à avoir ?
Après la troisième, il faut obtenir un CQP, c’est-à-dire, un Certificat de Qualification Professionnel de clerc significateur en quatre mois et après le Bac, il faut avoir un CQP, c’est-à-dire, un Certificat de Qualification Professionnel de clerc de procédures en un an après le Bac, puis un CQP, c’est-à-dire, un Certificat de Qualification Professionnel de Clerc expert en deux ans après un Master 1 de droit. Ces formations sont assurées par l’ENP, c’est-à-dite, l’Ecole Nationale de Procédures qui se trouve à Paris en en régions.
Le secteur professionnel du clerc d’huissier est le droit et la justice.

DEFINITIONS

 Créances :
Droit d’obtenir une chose ou un remboursement auprès de quelqu’un.

 Solvabilité :
C’est le fait d’être solvable ; possibilité de payer ses dettes.

 Débiteur :
Personne qui doit spécialement de l’argent à quelqu’un.

 Hypothèque :
Droit par lequel est grevé un bien pour garantir le paiement d’une créance.

 Procédure immobilière :
Procédure par laquelle un créancier fait procéder à la vente d’un bien.

22. ADMINISTRATEUR/TRICE JUDICIAIRE - Nelson – 4ème8

En quoi consiste ce métier ?
Aider les entreprises en difficulté, c’est la mission de l’administrateur judiciaire. Ce professionnel libéral n’a pas de clientèle propre. Il est désigné par le président du tribunal compétent (commercial ou civil), pour une affaire donnée et avec une mission bien définie.

Pour une société, il devra négocier un rééchelonnement des dettes avec la banque. Pour une autre, il proposera un plan de redressement financier ou des repreneurs s’il y a faillite. Ou encore, il mettra en place une administration provisoire visant à remplacer les dirigeants (PDG, gérant ou commerçant). Objectif : sauver l’entreprise et l’emploi, en limitant les licenciements.

Face à des personnes en situation difficile, l’administrateur judiciaire doit faire preuve de tact et de diplomatie, et prendre en compte la dimension psychologique et humaine des problèmes.

Les formations et les diplômes
4 ans pour obtenir un M1 en droit, sciences économiques, comptabilité-gestion ; 5 ans pour le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et gestion) ou un diplôme d’une école de commerce. Puis, il faut réussir un examen d’accès au stage professionnel, l’effectuer et passer un examen final d’aptitude aux fonctions d’administrateur judiciaire.

Emploi et Secteurs
Avocats, juristes, magistrats, notaires... ils exercent des métiers très différents, dans des lieux divers (tribunal, étude, cabinet ou entreprise) et sous tous les statuts (fonctionnaire, libéral ou salarié). Leur point commun : de longues études de droit.

23. SECRÉTAIRE JURIDIQUE - Doriane – 4ème8

À l’aise aussi bien avec la bureautique qu’avec le vocabulaire juridique, le secrétaire juridique à la double compétence assiste les avocats, les huissiers, les notaires ou les juristes d’entreprise. Le salaire débutant pour un secrétaire juridique est de 1536€ brut.

Le secrétaire juridique n’est pas un secrétaire comme les autres. Fort de ses connaissances juridiques, il assiste tous les professionnels du droit : avocats, huissiers, notaires... en cabinet privé. Il peut également travailler dans les services juridiques des entreprises, des banques, des sociétés d’assurances, et dans les administrations. Comme tout secrétaire, il assure la saisie et le traitement de texte, l’accueil, le standard téléphonique, la gestion des agendas, la prise des rendez-vous, l’organisation des réunions, etc.

Adaptabilité, disponibilité, discrétion, sens du contact et de l’organisation, esprit d’analyse et de synthèse font partie des qualités indispensables pour occuper ce poste. Sans oublier une grande aisance à travailler dans un cadre juridique, notamment lors de la rédaction de courriers et la mise en forme d’actes (contrat, procès-verbal, commandement de payer, bail...).

Pour exercer le métier de secrétaire juridique, il faut 2 ans pour préparer le DUT carrières juridiques, le DEUST assistant juridique ou le DU (diplôme d’université) secrétaire juridique, éventuellement complété par une licence pro activités juridiques : assistant juridique (1 an).

Les formations sont donc :

Pour le bac + 2
BTS Support à l’action managériale (ex BTS Assistant de manager)
DEUST Assistant juridique
DUT Carrières juridiques
Secrétaire juridique

Pour le bac + 3
Licence pro activités juridiques : assistant juridique

24. COMMISSAIRE-PRISEUR/EUSE - Amandine – 4ème8

Etre commissaire-priseur consiste à vendre des objets d’art, par exemple des tableaux, de l’argenterie, du mobilier, des poupées, des ordinateurs… On appelle cela des ventes volontaires ou enchères.

Aujourd’hui il existe deux types de commissaire priseur.
1. Il y a le commissaire-priseur judiciaire qui s’occupe des ventes consécutives à des liquidations de société, des saisies ou des faillites. Pour les commissaires-priseurs judiciaires, ils sont nommés officiers ministériels par le Ministère de la Justice et doivent passer devant le tribunal de grande instance pour prêter serment.

2. Il y a le commissaire-priseur qui s’occupe des ventes volontaires d’objets ou de meubles ayant appartenus à des particuliers qui souhaiteraient les vendre. Pour les commissaires-priseurs 2, ils travaillent dans des sociétés commerciales.

Pour pouvoir vendre, il doit être commerçant et séduire particulièrement des collectionneurs ou une clientèle de marchands et avoir des relations humaines, être historien d’art.

Les formations
Après avoir eu le Bac, il faut 5 ans pour obtenir d’abord un diplôme en droit et un autre en histoire ou en histoire de l’art, arts appliqués, arts plastiques. L’un doit être de niveau Bac + 2 et l’autre de niveau Bac +3. Il est obligatoire de suivre un stage pratique de 2 ans devenir commissaire-priseur.

Les secteurs professionnels
Les métiers d’avocats, de juristes, de magistrats, de notaires ou autre appartenant à la catégorie de Droit et Justice. Ils ont tous un point commun de longues études de droit.
La fonction publique est le premier employeur en France avec plus de 5 millions d’agents. Même si elle doit faire face à des départs à la retraite et que tous les postes ne sont pas remplacés, elle reste le plus gros pourvoyeur d’emplois. Il existe des recrutements pour tous les niveaux de qualification.

25. ENQUÊTEUR/TRICE PRIVÉ - Adèle – 4ème8

Résumé du métier :
Un enquêteur privé consacre la plus grande partie de son temps à mettre en évidence les fraudes industrielles (protection des brevets, contrefaçon, surveillance des sites internet) et commerciales (travail clandestin, concurrence déloyale, escroquerie). Leurs enquêtes sont menées à la demande de particuliers, d’avocats ou d’huissiers et conduisent souvent à des actions en justice. La profession exige un savoir-faire, des compétences et des techniques à acquérir, afin que les preuves reposent sur les règles strictes du droit. L’enquêteur doit être prêt à partir en mission à tout moment, de jour aussi bien que de nuit et également à l’étranger.
Les filatures peuvent prendre des heures voir des jours, il faut donc rester patient et discret.

Les formations et les diplômes :
Après avoir passé le bac, étudier 2 ans à l’université (en droit de préférence), puis, préparer une licence pro agent de recherches privées ou sécurité des biens et des personnes parcours activité juridique, directeur d’enquête privées pendant 1 an. Enfin, obtenir l’obtention du titre de responsable d’investigation et d’opération de recherches privées, homologué de niveau bac +2 délivré par l’IFAR (Institut de Formation des Agents de Recherches).

Les secteurs professionnels :
Ces longues études de droits débouchent sur différents métiers : avocats, juristes, magistrats, notaires…
Ces métiers sont présents dans divers lieux comme un tribunal, étude, cabinet ou entreprise, et sous tous les statuts (fonctionnaire, libéral ou salarié).

26. JURISTE D’ENTREPRISE - Sidi – 4ème8

Le juriste d’entreprise a pour mission de défendre et de protéger les intérêts de sa société. Il intervient sur des contrats commerciaux ou des contrats de travail et s’assure que les projets et les décisions respectent la législation. C’est à lui de conseiller les différents services de l’entreprise en se tenant informé de l’évolution du droit.

Associé à toutes les décisions commerciales, financières et techniques, il évalue les risques des opérations menées, imagine les montages juridiques les plus avantageux pour son entreprise.

Dans une petite ou moyenne entreprise il est généralement très autonome et assure seul sa fonction.

Après le Bac il faut 5 ans pour obtenir un Master en droit dans l’une des nombreuses spécialités proposées comme le droit de l’entreprise, le droit fiscal, le droit du travail, le droit du commerce international, le droit l’environnement…

27. MANDATAIRE JUDICIAIRE - Alexandre – 4ème8

Le mandataire judiciaire représente les créanciers (salariés, Trésor public, fournisseurs, banques...) d’une entreprise placée en redressement judiciaire. En cas de liquidation de celle-ci, il est chargé de vendre les biens, de rembourser les dettes et de prononcer l’arrêt total de l’activité.
En quoi consiste ce métier ?
Une entreprise dans l’incapacité de payer ses dettes est placée en redressement judiciaire. Désigné par le tribunal de commerce, le mandataire judiciaire représente alors les salariés et les créanciers (clients, fournisseurs, banques) de cette société. Son rôle : analyser les comptes de l’entreprise, étudier les contrats de travail, éplucher les factures, les commandes, faire le point sur l’argent dû aux uns et aux autres. Si le redressement échoue, le tribunal ordonne la liquidation judiciaire de l’entreprise. Le mandataire judiciaire est chargé de vendre les biens de la société, du commerçant ou de l’artisan, dans le but de rembourser les créanciers. Il prononce l’arrêt total de l’activité, ferme les locaux et organise le licenciement des salariés. En cas de reprise de l’activité validée par le tribunal, il procède à la cession de l’entreprise avec maintien partiel ou total des employés.
Le mandataire judiciaire doit faire preuve de tact et de diplomatie. Ce professionnel libéral n’a pas de clientèle propre. Ses missions lui sont confiées par la juridiction compétente, commerciale ou civile.
Les formations et les diplômes
Après le bac
4 ou 5 ans pour préparer un M1 ou M2 en droit, économie, gestion, le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), le DEC (diplôme d’expertise comptable) ou un diplôme d’école de commerce, puis 3 ans de stage, avant de passer l’examen professionnel d’aptitude.
Emploi
Secteurs : Droit et Justice
Avocats, juristes, magistrats, notaires... ils exercent des métiers très différents, dans des lieux divers (tribunal, étude, cabinet ou entreprise) et sous tous les statuts (fonctionnaire, libéral ou salarié). Leur point commun : de longues études de droit.